District d'Aigle
Présentation

Une évolution forte en plaine, une relative fragilité en montagne

La situation économique apparait contrastée. La topographie de la montagne  prétérite en effet le développement d’activités à forte valeur ajoutée. Et le district d’Aigle ne déroge pas à la règle : le potentiel économique des communes de montagne est plus faible que celui des communes de plaine et reste plus fragiles.

Evolution de l’emploi par secteurs d’activités

Le district d’Aigle est caractérisé, par rapport à l’ensemble du canton, par sa moindre tertiarisation et son secteur secondaire fort. Après une crise dans les années 1900, ce secteur a opéré un redressement qui se poursuit toujours. Ce n’est pas le cas du secteur primaire qui subit une lente érosion. Le secteur tertiaire est traversé par des dynamiques contradictoires: l’hôtellerie – restauration continue de subir une érosion alors que le commerce se redéveloppe.

Dans les communes de montagne, le secteur primaire, l’économie touristique, le bâtiment et l’immobilier sont prépondérants, alors que les secteurs de l’industrie, des technologies et des services y sont très peu présents.

Destination/provenance des actifs

Le district est aussi concerné par une dynamique de flux pendulaires importante puisque 41% de sa population active travaille hors du district et 28 % de ses actifs viennent de l’extérieur du district.

Les principales activités du secteur secondaire et tertiaire du district d’Aigle

Dans le secteur secondaire, les principales spécialisations économiques actuelles du district d’Aigle sont :

  • la métallurgie/construction métalliques
  • l’agro-alimentaire
  • le travail du bois / menuiserie

Dans le secteur tertiaire, deux branches constituent des spécialisations régionales par rapport au reste du canton :

  • le commerce
  • le tourisme, l’hôtellerie et la restauration
© Aigle Région - design : allmeo.com
Plan du site